2.500 manifestants dans les rues de Bruxelles contre la révision de la directive tabac

22/01/13 à 14:51 - Mise à jour à 14:51

Source: Le Vif

(Belga) Drapeaux et calicots au vent, sifflets ou cigarettes aux lèvres, près de 2.500 revendeurs de tabac ont bravé le froid mardi midi à Bruxelles pour dénoncer la révision programmée de la directive européenne sur les produits dérivés de l'herbe à Nicot.

2.500 manifestants dans les rues de Bruxelles contre la révision de la directive tabac

Venus d'Espagne, d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique, mais surtout de France et d'Italie, les manifestants ont bruyamment défilé dans le quartier européen pour s'opposer aux plans de la Commission qui visent notamment à couvrir 75% de la surface des paquets d'avertissements sanitaires imagés ou interdire les tabacs aromatisés. "Nous sommes ici pour dire à nouveau +non+ à des mesures démagogiques inutiles et dépourvues d'évidence scientifique qui vont enterrer le marché légal et relancer ainsi le marché criminel de la contrebande et de la contrefaçon", souligne Giovanni Risso, le président de Confédération européenne des détaillants en tabac (CEDT). Aux cris de "Buralistes en colère! ", ces revendeurs rejettent la proposition de créer des paquets de cigarettes uniformisés et redoutent de ne plus pouvoir disposer librement à l'avenir les produits à la vue de leurs clients. Parti non loin du Parlement européen, le cortège des manifestants a rallié en début d'après-midi le rond-point Schuman, à côté du siège du conseil des ministres européens qui auront bientôt à examiner le texte de la directive. "Nous sommes aussi ici pour réclamer une harmonisation européenne des prix et des taxes sur le tabac pour mettre fin au trafic au commerce transfrontalier", précise Thierry Meyronin, revendeur de tabac à Grenoble qui, en 15 ans d'activités, a vu ses affaires décliner. En Belgique, l'action était soutenue par la fédération des revendeurs de presse, Prodipresse, pour qui la nouvelle directive aura un impact direct sur les libraires du pays qui retireraient 30% de leurs revenus, et 50% de leur bénéfice, de la vente de produits du tabac. (KRISTOF VAN ACCOM)

Nos partenaires