18 mois de prison requis pour un jet de pavé sur un bus des TEC

09/09/13 à 12:34 - Mise à jour à 12:34

Source: Le Vif

(Belga) Le tribunal correctionnel de Charleroi a examiné ce lundi une affaire de menaces, entrave méchante à la circulation et dégradation d'un bus des TEC à charge d'un jeune Carolo. En juin 2011, il avait jeté un pavé en direction de la fenêtre d'un chauffeur qui avait refusé de l'embarquer. Manikc B. a fait défaut ce lundi.

Le 13 juin 2011, le jeune homme s'était placé en travers de la route d'un véhicule qui venait de démarrer de son arrêt de l'avenue Meurée à Marcinelle (Charleroi). La conductrice avait refusé de l'embarquer, expliquant que le réglement lui interdisait de faire monter à bord un usager une fois que son bus avait quitté l'arrêt. Furieux, Manikc B. a frappé des poings contre la porte et a poursuivi le bus en courant jusqu'à l'arrêt suivant de la rue de l'Ecluse. Là, il a enfilé une cagoule et a tenté d'entrer dans le véhicule. La conductrice a refusé de lui ouvrir les portes et l'intéressé s'est emparé d'un pavé qu'il a jeté en direction de la fenêtre, côté conducteur. Grâce à la vidéosurveillance, un portrait du jeune homme a circulé parmi les agents des TEC. L'un d'eux l'a reconnu lorsqu'il est monté dans son bus et a noté son identité qu'il a confiée aux forces de l'ordre, entraînant l'inculpation et la comparution en Justice du prévenu. A l'audience du tribunal correctionnel, Me Giannelis, conseil de la conductrice agressée, a rappelé que les faits s'étaient produits alors que les agressions se multipliaient envers les TEC. Sa cliente, pour laquelle il réclame des dommages, souffre depuis lors d'urticaire. Au parquet, la substitut Puissant a requis 18 mois de prison ferme envers le prévenu qui, à l'origine, avait nié les faits, affirmant se trouver à l'école alors qu'il s'agissait du lundi de Pentecôte. Le jugement aura lieu le 7 octobre. (Belga)

Nos partenaires